elena paroucheva   

Plagiarism, violation of my auteur right in Russia and the USA

Home The artist Press, media Artworks gallery News Contact Links

Skier, power line Sochi 2014 Dear visitors, this page is dedicated to a plagiarism scandal and violation of my authors  rights in Russia and the USA.

In January 2014, numerous publications in the press, reports and interviews have appeared in France and abroad. This is the reason to publish my comments here.
Here is the press release that I sent to the media two weeks before the opening of the Olympic Games in Sochi 2014.

Sochi skier 2014, pylon - sculpture by Elena Paroucheva

Sculpture “Pylône Pylône" skieur de Sotchi”

Hauteur 32 mètres, Poids 41 tonnes.

Artiste auteur: Elena Paroucheva

Commanditaire: FGC UES,  www.fsk-ees.ru

Constructeur: Energomach, http://zmkbelgorod.ru/ 

Éclairage: altima,  http://altima-sign.ru/

Localisation: Village Olympique de Sotchi, Russie


Scandal in Sochi: 

a French artist is deprived of its auteur right

 

The first sculpture - pylon in the world  "Sochi skier" Elena Paroucheva

A quelques jours de l’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver de Sochi 2014, le public mérite d’être informé sur une affaire scandaleuse de plagiat et violation des droits d’auteur d’une artiste française.

Une grande sculpture de 32 mètres de hauteur est construite, posée et éclairée dans le  village olympique de Sochi 2014. C’est la première sculpture – pylône au monde pour une ligne électrique à haute tension en fonction. Les ingénieurs  russes sont fiers de cette réussite et il y a de quoi: tenue mécanique qui supporterait des vents très forts et même des tremblements de terre, éclairage sublime, emplacement près des pistes de ski… Sauf qu’il ont oublié un élément essentiel : le nom de l’auteur.

Cette sculpture est une copie de mes dessins et de mes sculptures – pylônes: Elena Paroucheva, créatrice d’un nouveau concept de sculptures – pylônes depuis 1999,  avec des projets pour l’intégration des lignes de transport d’électricité. C’est un travail qui s’inscrit dans l’art environnemental, une nouvelle voie artistique à laquelle j’ai donné le nom de “Electric art” .

Lors d’une de mes expositions au Palais des Congrès de Paris, en 2010, j’ai rencontré M. Andrey V. Kazachenkov, un des responsables de Réseau  d’électricité russe “FGC UES” Unified Energy System” et, sur sa demande, lui ai envoyé, plusieurs dessins et maquettes de sculptures- pylônes pour le projet du Jeux Olympiques de Sochi 2014 !.

En 2011, j’ai découvert avec stupéfaction, sur internet, des projets du studio de design  « Design-Depot » de Moscou, basés sur la copie, l’imitation et la reproduction de mes dessins et de mes sculptures, présentés  par la presse, comme un tout nouveau concept, jamais vu ni réalisé nulle part ailleurs.
Je vous invite à voir les visuels suivants, extraits du dossier judiciaire de comparaison pour contrefaçon, faux artistique, copie et imitation d’une oeuvre d’art.

Fin 2012 la sculpture skieur est construite et début 2013 posée dans le village olympique de Sotchi 2014.

En 2013, deux autres sculptures sont en construction: sculptures cerfs.

pyllône cerf, elena paroucheva
Comparaison: Pylône cerf
A gauche: Dessin d’Elena Paroucheva, 2006
A droite: Dessin de Design Depot, Moscou 2011

Ma demande d’intervention judiciaire a été envoyée à l’ADAGP en avril 2013, puis  transmise à RAO (Société des droits d’auteur en Russie), mais n’a jamais abouti.
Une plainte est déposée auprès de Tribunal de Grande Instance de Paris et de  Moscou, puis transmise à Interpol.  Elle a pour objet d’accusation: Violation de mes droits d’auteur et de mes droits de propriété
intellectuelle et industrielle en Russie :
- Contrefaçon, faux artistique, plagiat, copie et imitation de mes œuvres.
- Atteinte à mon droit moral, dévalorisation et même destruction de mon image.
- Utilisation de mes dessins et modèles pour des produits commerciaux sans
autorisation.
- Concurrence déloyale et dénigrement : manque à gagner, désaffection de ma clientèle, discrédit de mes produits et services en diffusant de fausses informations. mation mensongère qui porte atteinte à mon nom.

humanoid pylons, sotchi 2014Comparaison: Pylône humanoïde
A gauche: Sculpture d’Elena Paroucheva, 2001
Au milieu: Dessin de Design Depot, Moscou 2011
A droite: Modélisation,  Dessin des ingénieurs de constructeur 2012
 


Malheureusement,  la voie judiciaire est trop longue pour donner un résultat avant les  Jeux Olympique de Sotchi (début le 7 février 2014) et aussi trop chère pour un  artiste.

C’est pourquoi je m’adresse maintenant à vous: les médias, les internautes, les spectateurs et lecteurs. Vous pouvez, vous même constater la ressemblance flagrante entre mes œuvres et les copies des malfaiteurs.

Je demande votre soutien. Vous pouvez donner votre avis, informer, partager  cette information.

Lors des Jeux Olympiques de Sotchi, des photos, des films de cette sculpture  seront diffusés et publiés dans tous les médias et tous pays.

Je demande que mon nom, Elena Paroucheva, soit inscrit sur toute apparition de la sculpture – pylône de Sotchi, sur tout média: diffusion de télévision, publication dans la presse et Internet…

De bien informer que c’est moi le précurseur et la fondatrice d’un nouveau mouvement artistique « electric art » et c’est moi qui a créé le concept de pylônes – sculptures en 1999. C’est donc bien avant les designers « Design Depot » Russie, bien avant les architectes américains Choi + Shine Architects, USA.

Comparaison: Pylône humanoïde

humanoid pylon

Comparaison: Pylône humanoïde

A gauche: Personnage pylône humanoïde:
Sculpture, dessin pour pylône, Elena Paroucheva 2001
Dimensions: 15x21 cm, Technique: Crayon sur papier.

A droite: Personnage pylône humanoïde:
Auteur, artiste : Inconnu en 2012., Dimensions: Hauteur 32 mètres
Poids: 41 tonnes, Technique: Acier, soudure

 new pylon

A gauche: Personnage pylône humanoïde:
Sculpture, modèle pour pylône, Elena Paroucheva 2001
Dimensions: 55x13x9 cm. Technique: Cuivre, soudure.

A droite: Personnage pylône humanoïde:
Auteur, artiste : Inconnu en 2012.
Dimensions: Hauteur 32 mètres, Poids: 41 tonnes
Technique: Acier, soudure

pylon figure
A gauche: Personnage pylône humanoïde:
Sculpture, modèle pour pylône, Elena Paroucheva 2001
Dimensions: 55x13x9 cm. Technique: Cuivre, soudure.

A droite: Personnage pylône humanoïde:
Auteur, artiste : Inconnu en 2012.
Dimensions: Hauteur 32 mètres, Poids: 41 tonnes
Technique: Acier, soudure


Telechargements: 

Violation de droits en Russie:

Dossier de presse

Dossier: Comparaison visuel pour contrefaçon

Liste des liens des publications des malfaiteur


Contact:

Elena Paroucheva – Environmental Art
Mobil: +33 (0)6 77 55 08 43
Email: contact@art-elena.com
Website:  http://www.art-elena.com/

Copyright © Elena Paroucheva – ADAGP:: All Rights Reserved. Reproduction  prohibited in any medium of all media.
Copyright © Elena Paroucheva – ADAGP:: Reproduction interdite sur tout support  de tout média.

first sculpture - pylon in the world      Sochi skier_pylon_elena paroucheva
   

Violation de droits aux USA:

Dossier: Comparaison visuel pour contrefaçon

.

Articles de presse, reportages, inervew, vidéos

En français: En anglais:
http://www.republicain-lorrain.fr/  le 31 janvier 2014
INSOLITE À SOTCHI: Cousines caucasiennes des Demoiselles d’Amnéville
http://blogsochi.ru/
http://www.alterinfo.net/
Scandale à Sochi : une artiste française privée de ses droits d’auteur
http://www.celesteprize.com/
Scandal in Sochi: violation of auteur rights of a French artist
http://www.yvelines1.com/   le 24 janvier 2014
Une Yvelinoise dénonce une affaire de plagiat Sotchi
http://www.novinite.com/
http://www.leparisien.fr/
Querelle autour du skieur d'acier de Sotchi           Voir:  article en PDF
http://www.news.nom.co/
TV M3, France,  les infos de 20 février 2014 à 12h45
http://video.fr.msn.com/watch/video/une-artiste-sous-tensions/
http://www.press-report.net/
http://telescoop.tv http://www.nets247.com/news
En russe: En bulgare:
http://blogsochi.ru/
Верните электроопору художнице! | Новости Сочи
Rendez le pylône à l'artiste!
http://www.btv.bg/shows/predi-obed/
http://www.copyright.ru/
http://www.webcafe.bg/id_81086824
32 метра българска следа в Сочи
http://balkans.kp.ru/daily/ http://amstudio.co.uk/newsdetails.asp?nw=18621
http://www.5188888.ru/ http://novanews.bg/news/view/2014/02/05/
http://rustoria.ru/
http://www.dnesplus.bg/News.aspx?n=640942
Руски сайт: Върнете пилона на българската художничка
http://news.rambler.ru/23389166/ Българска художничка обвини Сочи в плагиатство
http://m.24chasa.bg/
http://elektroas.ru/ http://www.btv.bg/shows/predi-obed/videos/
http://balkans.kp.ru/daily/ http://dnesplus.bg/
http://news.rambler.ru/ http://www.manager.bg
http://n.sch.su/ http://sochi2014.gong.bg/
http://www.bel.ru/ http://kanal6.bg/i
http://peopleandcountries.com/ http://novinite.bg/
 http://www.bgvestnik.eu/
Une Yvelinoise dénonce une affaire de plagiat Sotchi

A la une de l’actualité aujourd’hui, une histoire de plagiat au JO de Sotchi en Russie. Une sculptrice Yvelinoise a porté plainte pour non-respect des droits d’auteures. Selon elle, une œuvre monumentale de 32 mètres en plain village olympique est la copie de d’une de ses créations. 

Le vol, c’est donc de ce que se plaint Elena Paroucheva, sculptrice d’origine bulgare, s’en prend au Comité Olympique russe. Elle qui transforme les réseaux d’énergie en œuvres d’art, s’est retrouvé plagiée. L’œuvre en question se trouve au village Olympique de Sotchi qui accueillera les athlètes dans deux semaines pour les Jeux Olympiques d’hiver.
 « Skieur en vol» Cette sculpture – pylône de 32 mètres de haut, la première au monde, est copie des dessins de la sculptrice Yvelinoise. 
A Hardricourt, 
Elena Paroucheva est une artiste détruite, c’est elle-même qui se définie ainsi dans sa détresse qui trouve sa source sur internet après la publication d’une photo par l’une de ces amis. « Elle l’a trouvé quelque part sur internet et m’a transmis l’image, « Elena, j’ai trouvé cela. C’est sûrement à toi ». Je lui répondue que ce dessin ressemble à un de mes dessins de pylône – cerf, mais mon dessin est au crayon et celui est un dessin fait par ordinateur. J’ai fait une recherche et j’ai trouvé que ce sont des designers russes qui ont faits des projets pour des nouvelles formes de pylônes pour les Jeux Olympiques de Sotchi en 2014. »

Plagiat, copie, inspiration. Pour la sculptrice, aucun doute, les croquis de ce grand studio de design de Moscou ressemblent trait pour trait à ses dessins, des esquisses jamais vu le jour en œuvres monumentales, mais qu’Elena a déjà réalisée il y a plusieurs années. Comment les russes ont pu s’inspirer largement du travaille ce cette Yvelinoise, Elena a ca petite idée. 

« J’ai fait tout suite la liaison avec un contact que j’ai eu en 2010 avec un responsable du réseau d’électricité russe, qui m’a parlé d’un projet pour les Jeux Olympiques de Sotchi en 2014. Quand il a vu mes œuvres à mon exposition, il a trouvé que cela vaut le coup de c va continuer se battre pour faire reconnaître ses droits sur cette création artistique.réer quelque chose très intéressent pour Sotchi. » 

Elena donc fait appel à sa Société de droits d’auteur chez qui elle a déposé ses dessins, mais les lois en Russie et en France ne sont pas les mêmes et s’attaquer au Comité Olympique c’est en peu s’attaquer à l’état. Résultat, le dossier n’a pas été traité sur place, mais Elena Paroucheva ne compte pas baisser les bras. A deux semaines de l’ouverture des Jeux Olympiques de Sotchi, elle  va continuer se battre pour faire reconnâître ses droits sur cette création artistique.

La TV Yvelines1,  le 24 janvier 2014
http://www.yvelines1.com/le-journal/journal-vendredi-24-janvier/
Une artiste sous tensions
L'artiste Elena Paroucheva a découvert que ses sculptures monumentales avaient largement inspiré les décors de Sotchi. Son concept de pylones électriques, lancé en 1999, aurait été copié.

« Une artiste sous tension »
Du grand art…

Les JO de Sotchi ont refroidie l’artiste Elena Paroucheva. Elle a découvert que ses sculptures monumentales avais largement inspirés les décors de Sotchi. Son concept de pylônes électriques lancé en 1999, aurai était copié, mais difficile pour la décoratrice installée dans la région parisienne d’engager une procédure.

Reportage par Olivier AZPITARTE et Franck GEORGEL

De haut de ses 32 mètres, elle domine le village Olympique de Sotchi. Cette sculpture unique au monde est aussi un pylône électrique. Les ingénieurs russes sont fiers, sauf qu’ils ont oubliés un élément essentiel, le nom de l’auteur. Cette œuvre est en effet est une copie d’un projet d’Elena Paroucheva, une artiste installée près de Paris.
« Je me suis sentie volée, mon travail de 15 ans volé et mon nom détruit parce que dans la presse ce sont les designers russes qui ont disons inventés un concept que j’ai inventé il y a 15 ans. Alors j’étais en colère»

Lors de son exposition au Palais des congrès à Paris en 2010, Elena rencontre Andrei Kazachenkov, l’un des responsables du Réseau d’électricité russe. Il lui demande des projets en vue des Jeux Olympiques. Un an plus tard elle découvre avec stupeur ses idées reprises par un studio de design installé à Moscou. 
A gauche le dessin d’Elena de pylône en forme de cerf, à droite le projet russe.
Idem avec la sphère métallique et encore des chiffres géantes, lui aussi copié.

« Ils ont répondus qu’ils ont tout inventés, ils n’ont jamais vus ce qui est fait avant. Je trouve que c’est malhonnête. J‘ai porte plainte pour contrefaçon, pour non-respect de mon droit moral. Cela ne se fait pas ! »

Ses demandes d’intervention de la société des droits d’auteures en Russie n’ont jamais aboutis, Elena a donc déposée une plainte auprès de Tribunaux de Paris et de Moscou pour violation de droits d’auteures.

TV M3, France,  les infos de 20 février 2014 à 12h45

http://video.fr.msn.com/watch/video/une-artiste-sous-tensions/13q656d3q

index
Copyright © Elena Paroucheva :: ADAGP:: Reproduction interdite sur tout support de tout media.